Personal Branding

coach personal branding

Qu'est-ce-que le personal branding ?


Définition

La traduction de " Personal branding " signifie " Marketing personnel " ou bien encore " Développement de marque personnelle. " On peut également parler de " Marketing de soi " ou " Self Marketing " en anglais. Le personnal branding consiste à mettre en oeuvre un plan marketing personnel, en particulier pour toucher des employeurs ou des clients.

Origines du personal branding

A l'origine était le web ! Avec internet, il est désormais possible à des individus isolés de communiquer avec le monde entier de façon quasiment gratuite. Le personal branding est d'abord un outil digital.

A titre de comparaison, un particulier qui en 1990 aurait voulu envoyer une vidéo de 10 minutes à 1000 personnes aurait du investir des sommes importantes. Envoyer 1000 VHS par la poste, la belle affaire !

Aujourd'hui, avec un smartphone, n'importe qui peut publier une vidéo sur Youtube. A l'ère digitale, un indépendant peut donc utiliser des techniques marketing autrefois réservées à de grosses entreprises.

Personal branding :


qui est concerné ?

Les indépendants : vous êtes coach, consultant, formateur, freelance, conférencier. La population des indépendants et entrepreneurs est très demandeuse de personal branding. En effet, un entrepreneur doit régulièrement trouver de nouveaux clients. Il doit donc pour cela développer une stratégie de visibilité, en particulier sur le web, et cela sans forcément disposer de gros moyens financiers. Par ailleurs, il a besoin d'un système relativement autonome, au design simple, qui une fois lancé ne soit pas trop gourmand en temps.

Les salariés : en CDI, CDD, intérim, voire portage salarial. La démarche de personal branding concerne plutôt les personnes expérimentées (experts techniques, cadres, managers). On retrouve souvent trois motivations : 1/ Avancer rapidement dans sa recherche d'emploi en étant contacté par des chasseurs de têtes. En ce sens, le personal branding est une assurance anti-chômage. 2/ Développer son charisme personnel, se différencier aux yeux de son employeur, par exemple en vue d'une promotion interne. 3/ Partager sur son domaine de compétences, par plaisir ou pour se positionner comme référence.

Les entreprises : certaines entreprises encouragent leurs salariés à développer leur marque personnelle, par exemple les agences de communication. En effet, cela contribue à la visibilité de la société et de ses produits. Aussi, cela peut aider à positionner l'entreprise dans son domaine d'expertise. C'est aussi un canal important de recrutement. Pour une entreprise, une campagne de personal branding bien menée peut être d'un excellent rapport qualité/prix, en particulier pour les petites structures qui ont  besoin de visibilité, et veulent mettre en avant l'aspect original de leur approche.

A quoi sert le personal branding ?

La visibilité en ligne : l'objectif de votre démarche de personal branding, c'est que des gens qui ne vous connaissent pas mais qui cherchent certains produits ou services vous trouvent. Par exemple, vous êtes consultant dans le domaine de la sécurité des équipement portuaires. L'idée, c'est que quand un recruteur tape dans google ou sur Linkedin les mots " Expert en sécurité portuaire " il tombe sur un contenu que vous avez créé et puisse facilement trouver vos coordonnées et vous contacter.

Un a priori favorable : en découvrant que vous existez (!) le recruteur, client ou partenaire potentiel est favorablement impressionné par votre présence en ligne. En effet, vous dégagez une image de compétence, de cohérence et de confiance. Le dialogue s'engage donc sur de bonnes base, votre interlocuteur a déjà l'impression de vous connaître.

Un positionnement : si on vient vous cherchez, vous êtes en position de force, en particulier pour négocier votre salaire ou le montant d'un contrat de conseil. Ce n'est pas vous qui êtes demandeur. A noter qu'avec le web, vous pouvez créer une sorte de personnage, qui sera à même de bien servir vos intérêts. Il ne s'agit pas de mentir, il s'agit d'influencer, en se présentant sous un certain jour.

La vente de produits : si par exemple vous êtes coach, le personnal branding peut vous servir, au delà de la vente de séances de coaching, à vendre des produits. Par exemple, vous allez vendre des kits de formation en ligne. Votre autorité incite les visiteurs de votre site web à acheter plus facilement vos programmes.

Réussir sa carrière : au final, le personal branding a pour vocation de vous attirer des opportunités professionnelles, et en particulier de vous permettre de rebondir (licenciement, changement de statut, création d'entreprise, recherche de partenaires, besoin de financements...)

Personal Branding : socle n°1


le référencement

Etre bien référencé, telle est la question ! Par exemple, il est bon de développer des connaissance en SEO (search engine optimization). En effet, on peut écrire un super article, maintenant, si les robots de Google ne le trouvent pas, alors cet article ne sert à rien. Quelques règles simples permettent d'être bien référencé. Encore faut il les connaitre, par exemple dans le choix des thématiques à aborder et des titres d'articles.

Etre visible sur le web, c'est d'abord maitriser les outils web, avant même vos compétences " métier. " Exemple : un spécialiste en maintenance des éoliennes - d'un niveau technique moyen mais expert en référencement web - sortira beaucoup mieux dans les résultats de recherche qu'un vétéran des éoliennes, complètement novice en matière de web. C'est injuste... mais c'est aussi pour ça qu'une personne motivée peut percer !

Personal Branding :


socle n°2 le contenu

Le contenu est roi. Il ne s'agit pas de dire " Je suis le meilleur " il s'agit de le prouver, avec des contenus ciblés et détaillés. Là, nous parlons d'articles d'environ 1500 à 2000 mots, qui font le tour d'une thématique (en étant optimisé pour Google).

Vous allez me dire : " Je ne suis pas journaliste ! " Maintenant, 5 articles peuvent constituer une excellente base. Le personnal branding ne tombe pas du ciel, il y a un prix à payer en matière d'investissement personnel. Ce que les lecteurs apprécient, c'est quand vous avez une démarche pédagogique, en expliquant à un débutant les tenants et les aboutissants d'une problématique. Il y a très souvent un travail éducatif à réaliser.

Quel est le summum ? C'est quand des gens qui ne vous connaissent pas en personne vous recommandent, parce que vous leur inspirez confiance au travers de la qualité et de la régularité de vos contenus.

A titre d'exemple, j'ai repéré quelques personnalités sur le web que je n'hésiterais pas à recommander, y compris pour des prestations à plus de 20 000 Euros, parce que ces personnes m'ont démontré leurs expertises. Dans la quasi-totalité des cas, j'ai juste eu l'occasion d'échanger quelques messages rapides sur Linkedin avec ces personnes, par exemple en commentant un de leurs articles.

Personal branding :


Linkedin, la base

La présence sur Linkedin reste la base du personal branding. De quoi s'agit-il ? Il s'agit de présenter un profil très complet, avec par exemple des vidéos, des documents à télécharger. Il s'agit aussi d'avoir un positionnement bien spécifique et de multiplier les mots clés. Les gens ne cherchent pas des généralistes qui " font tout les jobs " mais des spécialistes. Il est important de se présenter comme expert de quelque chose.

Une fois cette base mise en place, on pourra alors passer à une stratégie plus offensive, avec par exemple de la publication de contenu. Mais attention, sur Linkedin, certains codes sont à respecter. Ignorer ces codes est le plus sur moyen pour se faire griller ! Personne n'a envie de se faire spammer sur Linkedin.

Faire son personal Branding :


les 5 clés pour réussir

La clé n°1 pour réussir, c'est de définir quelle est ma cible, et ce que j'attends précisément de cette cible. Cela demande d'avoir une vision claire des gens que vous voulez toucher. La démarche ne sera pas la même si je suis un juriste spécialiste du droit de la franchise qui cherche un CDI, ou si je suis un consultant indépendant spécialisé dans l'optimisation des menus de restaurants, avec pour objectif de vendre un programme de formation en ligne.

La clé n°2 pour réussir son personal branding, c'est de trouver le bon équilibre entre investissement personnel et visibilité. Peu de gens se lancent dans le personal branding, il est donc relativement facile de se positionner. En clair, un travail initial de quelques jours peut porter ses fruits pendant des années, avec une mise à jour 4 à 5 fois par an.

La clé n°3 pour réussir, c'est la créativité. Peut-être que dans votre situation, le meilleur outil de personal branding, c'est d'écrire un livre et de le diffuser sur Amazon. Ce sera une bonne carte de visite, pour par exemple vendre des conférences. Autre contexte : il se peut que les présentations powerpoint ou les PDF de synthèse deviennent vos médias de prédilection. Ou bien vous pouvez devenir le roi de la vidéo, sans forcément devoir vous montrer. Tout est question de cible, de concurrence et de talent personnel. Si vous êtes dans le graphisme, un bon logo peut déjà vous démarquer. De même, un bon slogan peut créer de la curiosité.

La clé n°4 pour réussir, c'est de créer des contenus qui seront toujours valables dans 5 ou 10 ans ! En gros, 80 % de votre contenu doit porter sur ce que les américains appellent du " Evergreen content. " Vous pouvez réagir à l'actualité de votre domaine pour les 20 % restant, en sachant que ces 20 % d'articles auront une date de péremption rapide.

La clé n°5 pour réussir, c'est de savoir gérer les contacts entrants. Une fois votre stratégie mise en place, vous allez recevoir des appels, des mails, des sollicitations. Oui, il y aura des propositions intéressantes, il y aura aussi beaucoup d'appels bidons. Comment écarter les gêneurs en douceur, et avec quel méthode traiter les appels prometteurs ? Cela demande des qualités inter-personnelles qui ne s'improvisent pas. En particulier, le premier contact est crucial. Vous pouvez aussi créer des filtres, par exemple des questionnaires en ligne pour savoir à qui vous avez affaire, et éloigner les tocards et autres tapeurs.

Personal branding : exemple

Jean-Luc est ingénieur thermicien, spécialiste en climatisation et isolation thermique des bâtiments industriels. Son objectif est d'évoluer d'un emploi en CDI à un emploi indépendant de consultant. Au départ, il a juste un profil Linkedin basique. Voici différentes étapes de son personal branding, illustrées par des exemples.

Définition de son identité : Jean-Luc souhaite travailler sur des projets internationaux, tout en restant basé à Paris. Il est particulièrement motivé par les projets de rénovation, qui représentent un potentiel important. Il souhaite se présenter comme un professionnel réactif, capable de travailler avec des équipes multiculturelles. Ces éléments seront le fil rouge de toutes ses démarches.

Rédaction détaillée de profil Linkedin. Jean Luc complète l'ensemble des postes qu'il a occupé, en casant un maximum de mots clés et d'exemples de réalisations. Il utilise une photo de profil professionnelle, ainsi qu'un arrière plan personnalisé (une installation de réfrigération sur laquelle il a travaillé). La parti " résumé " présente ses compétences clés. Son profil est enrichi par plusieurs documents, dont des vidéos techniques de sites où il a travaillé. Aussi, Jean-Luc rédige un profil en français et un en anglais.

Rédaction d'articles sur Linkedin. Jean-Luc a repéré 2 groupes de discussion sur sa thématique. Il publie des articles documentés, à raison pour commencer d'un par mois. Ces articles mettent en avant les problématiques rencontrées et les choix effectués. Dans le choix des exemples (taille des installations, délais, budget...) Jean-Luc sélectionne des cas de figure qui pourraient correspondre à des clients potentiels. En personal branding, les exemples sont toujours ciblés.

Recommandations sur son profil Linkedin. Jean-Luc a demandé à ses contacts de rédiger des recommandations. Il affiche une douzaine de recommandations, qui contiennent des mots clés, et mettent l'accent sur les travaux qu'il a réalisé ainsi que sur ses capacités de leadership. Cela contribue à crédibiliser son profil.

Diffusion de contenus sur Slideshare. Là, Jean-Luc diffuse des présentations Powerpoint, des PDF et des infographies, en particulier des études de cas. Il travaille sur les titres, pour caser un maximum de mots clés. En particulier, il publie un document qui présente 3 exemples marquants de réalisations, document qui sans en avoir l'air fait office de plaquette commerciale. Chaque contenu contient un lien vers son profil Linkedin, tout en souplesse...

Diffusion de vidéos sur Youtube. Jean-Luc diffuse 3 vidéos, qui sont des visites de chantier commentées. L'une de ces vidéos est un photo-montage, qui montre l'évolution d'un projet, et des exemples de problématiques traitées. Jean-Luc n'apparaît pas à l'image, il commente les vidéos en voix off. Dans le descriptif des vidéos, il indique le lien vers son profil Linkedin. Mais ces vidéos ne sont pas des vidéos de " vente. " Jean-Luc n'est pas " demandeur " il est dans une logique de partage d'expérience.

Publication de photos sur Instagram. Jean-Luc dispose d'un stock important d'images d'installations. Il choisit d'en diffuser une centaine, juste " pour voir. " En effet, il n'est pas certain que ses cibles soient sur Instagram. Cette démarche est assez rapide et ne lui coûte rien. Chaque photo comporte son mail en bas à droite.

Adhésion à un syndicat professionnel. Jean-Luc a aussi envie de réaliser son personal branding dans la " vraie vie. " Il adhère à un syndicat professionnel qui regroupe des spécialistes de sa discipline. En particulier, il est actif dans tout ce qui touche à la formation dans son domaine. Cette démarche lui permet de densifier son réseau.

Construction d'un " Elevator Pitch." Jean-Luc travaille sur une façon de se présenter en 2 minutes, qui mette en avant ses compétences clés et donne envie à ses interlocuteurs d'aller plus loin. De ce fait, il ne sera jamais pris au dépourvu. Construit autour d'exemples " flash " de réalisations, cet elevator pitch raconte une histoire. Jean-Luc utilise les techniques du storytelling. Cette approche aide ses interlocuteurs à se souvenir de lui. Dans son téléphone portable, Jean-Luc a des photos pour appuyer ses propos au besoin ! Il va loin, ce garçon...

En projet : Jean-Luc s'interroge sur la création d'un site web (de type blog WordPress) qui présente son activité. Il a peur d'y passer trop de temps. Pour l'instant, il mise principalement sur Linkedin, qui lui apporte de bons contacts. Aussi, Jean-Luc a décidé de ne pas aller sur Twitter ni Facebook, plateformes avec lesquelles il n'a aucune affinités. A moyen terme, pour peaufiner son personal branding, Jean-Luc envisage de publier un livre sur Amazon, un guide pratique portant sur les normes dans son domaine, illustré de nombreux exemples de chantiers. Pour lui, ce serait une carte de visite originale.

Au global : au travers de cet exemple de personal branding, nous voyons comment Jean-Luc dispose maintenant d'une visibilité et d'une crédibilité sur le web. En clair, dès que quelqu'un cherche sur Google les mots " Ingénieur thermicien " ou " Isolation de bâtiments industriels " des contenus de Jean-Luc tombent sur la première page de Google, parfois en première position. Parfois ce sont des " triplettes " : résultat texte, résultat image, résultat vidéo. Cette présence sur le web est utile à Jean-Luc pour trouver des clients, mais aussi pour rassurer des prospects qui, curieux, vont passer son nom à la moulinette Google.

Et pour vous ? Dans le cas de Jean-Luc, certains outils ont été privilégiés et d'autres à peine exploités, voire ignorés. Dans votre cas, vous allez retrouver les fondamentaux, mais peut être vous investir sur d'autres plateformes. Par exemple, si vous êtes coach sportif, Facebook vous sera utile pour diffuser des photos prises lors de séances de sport. De même, si vous vous lancez dans le personal branding en tant que chef d'un restaurant, diffuser chaque jour des photos de vos plats sur Instagram sera un plus. L'importance à accorder à chaque outil de personal branding sera fonction des retours enregistrés.

Personal branding :


12 erreurs fréquentes

Erreur 1 : croire que le personal branding, c'est un truc d'ego. Dans le bruit ambiant, c'est juste un impératif, pour ne pas se retrouver noyé dans une multitude d'offres. Aujourd'hui vous ne savez pas faire OK. Mais ce n'est pas parce que vous ne savez pas faire que c'est un truc d'ego... et donc un truc à ne pas faire !

Erreur n° 2 : se disperser sur une multitude de plateformes. Oui, il peut être contre-productif d'être à la fois sur Linkedin, Youtube, Instagram, Twitter, Facebook... et en plus d'avoir un blog personnel ! On ne peut pas être bon partout, des choix s'imposent. Il est préférable d'avoir une présence ciblée, mais visible, plutôt que se disperser.

Erreur n°3 : croire aux contenus viraux. La viralité est un accident. La viralité ne se provoque pas. La viralité, c'est la bonne surprise. Ce n'est pas quelque chose sur quoi construire une stratégie de personal branding efficace. Croire à la viralité, c'est croire au " Hope Marketing " c'est prendre des paris sur l'inconnu. De même, axer sa stratégie sur les relations publiques et les contacts presse ne peut pas se substituer à un travail en profondeur. C'est quand vous aurez balisé les fondamentaux que la presse, le cas échéant, vous contactera. Un truc avec la presse : répondez immédiatement à toute demande, sinon le journaliste ira voir ailleurs.

Erreur n°4 : ne pas s'investir assez. Quand vous commencez à publier du contenu, en un sens, vous faites une promesse. Pourrez-vous tenir cette promesse sur la durée ? A mon sens, il faut une base de 5 contenus pertinents par an. Je parle d'articles costauds, avec des exemples détaillés, comme par exemple des études de cas. C'est tout à fait gérable.

Erreur n°5 : se laisser impressionner. C'est l'erreur la plus pénalisante. Ce n'est pas parce que vous avez en face de vous des gens plus connus que vous n'avez rien à dire. L'idée, c'est de trouver le bon angle, la niche. Des gens que vous admirez aujourd'hui pourraient très bien vous demander conseil demain. Oui, le personal branding est plutôt pour les confirmés, maintenant, un débutant, en se pressant le citron, peut aussi trouver un positionnement original.

Erreur n°6 : parler à la masse. Non ! A découvrir votre contenu, chaque personne doit avoir le sentiment que vous lui parlez personnellement et pouvoir facilement se projeter dans vos exemples. Tout ce qui sonne trop " Académie Française, je vous parle du haut de ma chaire à la Sorbonne " est donc à proscrire. Beaucoup de gens gardent un mauvais souvenir de l'école. Ils ont plus envie qu'on leur parle comme à un ami que l'on respecte.

Erreur n°7 : cibler son discours sur soi. C'est un paradoxe amusant. Réussir son personal branding, c'est faire passer les besoins de votre cible en premier. Si vous écrivez par exemple " Titulaire d'un Master II obtenu à l'Isocop, je suis expert dans la gestion de conflits en entreprise " vous partez de vous. En revanche, si vous écrivez " Vous êtes aujourd'hui dans une situation professionnelle ou certains conflits à répétition vous pourrissent l'existence. Vous êtes démuni, face à ces situations que vous vivez très mal. Ce que vous cherchez, ce sont des outils pour savoir gérer ce type de situation. " Là, le lecteur se dit " ENFIN ! Ce mec me comprends !" Il faut chercher la connexion émotionnelle.

Erreur n°8 : ne pas oser typer. On veut plaire à tout le monde, on a peur de choquer, et donc on en vient à présenter une image lisse, un peu comme un plat fade et sans saveur. Il faut oser casser les codes. Cela peut passer par l'image : des couleurs marquées, une belle moustache, des bretelles... Cela peut passer aussi par le style personnel d'expression, des exemples imagés, empruntés à l'histoire ou au sport. Bref, l'idée, c'est d'avoir un ton. On vous aime ou on vous déteste, mais vous ne laissez personne indifférent.

Erreur n°9 : se la jouer multinationale ! Cette erreur est particulièrement risible. Par exemple, c'est celle d'un consultant qui va créer un site internet en faisant croire qu'il s'agit d'un site d'une grosse entreprise. La grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf ! En fait, derrière les images de stock du site, on devine rapidement le mec qui bricole en pyjama dans son garage. Les gens ne veulent pas parler à des entreprises anonymes, il veulent parler à des vrais gens ! Tout le monde n'est pas Steve Jobs, mais chacun peut mettre en avant sa personnalité.

Erreur n°10 : être trop demandeur. L'idée, c'est d'abord d'apporter du contenu, pour que vos clients potentiels se disent d'eux même " Cette personne est la bonne pour mon projet. " Il faut donc éviter toute approche trop " Pushy." Laissez de la place à vos prospects !

Erreur n°11 : ne pas renvoyer l'ascenseur. A un moment, le personnal branding débouche sur une démarche réseau. Le réseau est délicat à manier. La personne qui veut tout prendre mais ne rien donner se trouve vite éjectée. Se lancer dans une démarche réseau, c'est accepter de contribuer, sans forcément de retour immédiat. Avec une démarcher réseau, vous envoyer de l'énergie dans l'univers, et cette énergie vous revient, de façon imprévue...

Erreur n°12 : ne pas documenter ce que vous faites. Dès que vous avez décidé de vous lancer dans le personal branding, l'idée, c'est de mettre de côté tout ce qui pourrait vous servir : photos, vidéos, rapports, analyses... Il peut être intéressant de tenir une sorte de journal, où l'on va noter ses réalisations marquantes. Exemple : j'ai travaillé sur le personal branding d'un entrepreneur dans le domaine des travaux publics. Ce professionnel réalisait des rampes d'accès dans des mines à ciel ouvert. C'est un travail très technique, car un mauvais calcul et une mauvaise réalisation de la pente... et des camions de plus de 200 tonnes se retrouvent au fond de la mine ! J'ai dit à ce client " Désormais, vous prenez systématiquement des photos de vos chantiers avant/après." Message reçu 5/5.

Consultant en personal branding :


critères de choix

Vous avez décidé de vous faire accompagner, pour réussir votre personal branding. Maintenant, comment trouver le bon consultant, celui qui saura vous proposer une démarche personnalisée ?

N'importe qui peut se positionner comme expert en personal branding. Des formations certifiantes sont facilement accessibles. On trouve cependant 2 grands profils.

Le consultant RH : il a plutôt une approche gestion de carrière. Il a par exemple travaillé dans le recrutement ou l'outplacement. Ses compétences web sont parfois limitées aux réseaux sociaux. Souvent, il ne sait pas comment obtenir un référencement efficace. La preuve, il se définit sur son profil Linkedin comme " Catalyseur de performance " " Booster de créativité " " Entrepreneur de l'humain " ou bien encore " Révélateur de talents "... vous voyez le genre ! Oui, ces formules sont bien jolies, mais ne contiennent pas de mots clés du type " Personal Branding " ou " Marque personnelle." En matière de référencement, il ne s'agit pas de faire joli, mais de faire efficace. J'adore aussi les gens qui sur leurs profils se présentent avec la formule " passionné de ressources humaines." Hé, coco, être passionné n'est pas un gage d'efficacité ! Je préfère un besogneux qui fait le job sans passion, à un phraseur qui ne délivre pas la marchandise.

Le coach entrepreneur du web : il est très documenté sur les questions de référencement, de création de contenu et de ratio temps passé/résultats. De plus sa pratique de coach est un gage de crédibilité. Pourquoi ? Parce que pour dégager des revenus, il doit trouver des solutions, à la base avec peu de moyens.

Quelle est la visibilité du coach en personal branding ? Avoir des milliers de followers sur Twitter ne veut rien dire. Une bonne question à vous poser est : " Quels sont les résultats exceptionnels que ce coach peut mettre en avant ? " On parle par exemple d'une vidéo Youtube à plus d'un million de vues, ou d'un livre blanc téléchargé par 100 000 personnes. Par ailleurs, le coach en personal branding trouve-t-il ses clients avec les outils qu'il propose ? En effet, certains coaches ont un emploi salarié, par exemple en tant qu'enseignant, et améliorent l'ordinaire en donnant des conseils de personal branding. Mais ils ne pratiquent pas forcément au quotidien.

Tarif personal branding : cette prestation demande beaucoup de temps. De plus, suivant votre demande, le temps passé par le coach en personal branding peut varier de 1 à 5. Il est donc important de savoir ce que recouvre exactement la prestation. Aurez-vous simplement accès à des documents en ligne ? Pourrez-vous bénéficier de séances de coaching ? Le consultant en personal branding va-t-il vous aider dans la création de contenus ? Sur le marché, le coût d'un personal branding peut varier de 500 jusqu'à 6000 Euros. Pour un travail complet sur les fondamentaux, avec des séances personnalisées, on trouve de bons programmes entre 1000 et 2000 Euros. Ces sommes sont à considérer comme des investissements à long terme. Parfois, le coach propose de partir sur un forfait pour baliser le terrain, et laisse ouverte la possibilité de séances supplémentaires. Cela permet de ne pas avoir un engagement financier trop fort dès le départ.

Pour aller plus loin, plus vite, accédez à ma formation en ligne :


" Personal Branding Expert "

Cette formation n'est accessible que sur invitation. Merci de laisser votre adresse mail dans la boîte de dialogue ci-dessous.

Vous serez automatiquement redirigé vers un questionnaire qui me permettra de mieux comprendre votre demande.

arrow