question oral

Oral concours fonction publique : 10 questions pour bien vous préparer

question oral

Dans ce post, découvrez, sous la forme de 10 questions, les conseils essentiels pour bien préparer l’oral de votre concours de la fonction publique. Ces conseils vous serviront dans la phase de présentation personnelle ainsi que dans la phase de questions/réponses. (Ici, accès direct à mes programmes de coaching « Oral de concours. »)

Question 1 : comment réussir votre présentation à l’oral d’un concours de la fonction publique ?

En règle générale, lors de l’oral d’un concours de la fonction publique, vous aurez à réaliser une présentation personnelle. Suivant les concours, cette présentation pourra être de 2, 5 ou 10 minutes. Il est essentiel de respecter cette durée. En effet, même si votre exposé est passionnant, une présentation personnelle trop longue vous pénalisera.

Le point clé à garder en tête pour construire votre présentation : ne racontez pas tout votre parcours. Vous devez présenter l’essentiel de vos compétences. Trop de candidats noient le jury sous une masse d’informations non pertinentes. Vous pouvez vous présenter par grandes tranches. Le jury a juste besoin de vous situer.

Question 2 : quels sont les modèles de présentation à éviter ?

Dans les annales de concours, une idée ressort souvent : les modèles de présentation trop classiques ennuient le jury. Qu’est ce qu’un modèle de présentation classique ? Tout d’abord, le candidat est bien trop long sur son parcours. Ensuite, le lien entre son parcours et le concours qu’il passe n’est pas clair. Aussi, le candidat reste général, il ne fournit pas d’exemples de ses réalisations.

Le problème, c’est que dans une journée un jury peut rencontrer une majorité de présentation de ce type. Pourquoi ? Parce que les candidats manquent d’imagination, ne savent pas comment faire autrement ou ne veulent pas prendre de risques.

Question 3 : quels sont les éléments forts pour se démarquer lors de votre présentation personnelle ?

Annoncez clairement votre motivation et donnez votre objectif professionnel. Bien souvent ces élément sont : 1/ absents des présentations, 2/ présentés trop tardivement, 3/ trop généraux et impersonnels.

En effet, une erreur classique est une fin d’exposé du genre  » Voilà les éléments qui font qu’aujourd’hui je souhaite évoluer dans les fonctions d’adjoint administratif, en particulier pour avoir plus de responsabilités. » Rien de bien croustillant pour le jury.

Question 4 : quel est le détail qui fait la différence lors de l’oral d’un concours ?

Des transitions nettes et soignées font que votre présentation personnelle est facile à suivre. Tout s’enchaine avec fluidité. Pour le jury, c’est un plaisir de vous écouter. Votre plan est clair, ponctué par de légers silences qui montrent bien les différentes parties de votre exposé.

Question 5 : en cas de concours interne, faut-il suivre une préparation collective organisée par votre administration ?

Attention ! Les présentations travaillées lors de ces préparations collectives sont souvent standardisées. Donc, vous risquez fort de vous noyer dans la masse des candidats. Le pire, c’est de partir avec l’idée de tenter quelque chose de personnel, et, suite à la formation, de plonger pour quelque chose de banal. Suivre une présentation collective, c’est bien souvent ouvrir la porte au doute.

Questions 6 : pour la phase d’échange avec le jury, quelles sont les questions à préparer pour l’oral d’un concours de la fonction publique ?

a/ Les questions classiques, centrées sur vous : Quelle est votre motivation ? Pourquoi ce concours ? Quelles fonctions voulez-vous occuper ? Pourquoi vous et pas quelqu’un d’autre ? Comment vous voyez-vous évoluer ? Passez-vous d’autres concours ? Avez-vous déjà présenté ce concours ? Quelles sont vos qualités et quels sont vos défauts ?

b/ Les questions sur l’institution. On pourra par exemple vous tester sur vos connaissance en matière de fonction publique territoriale ou de fonction publique hospitalière. Il ne s’agit pas d’être un expert, mais de pouvoir citer des chiffres importants, du genre : nombre de fonctionnaires dans l’institution, budget, principaux domaines d’activité… Pour des concours de catégorie A, on exigera des connaissances plus étendues : budget de la France, déficit…

c/ Les questions centrées sur le métier, voire des mises en situation. Par exemple, si vous passez l’oral du concours d’assistant socio-éducatif, d’auxiliaire de puériculture ou d’EJE (éducateur des jeunes enfants) vous pourrez avoir des questions du style  » Que feriez-vous dans telle situation ?  » Aussi en fonction de votre profil, vous pourrez avoir des questions juridiques, portant sur les ressources humaines, la finance ou l’informatique.

Question 7 : quelle conclusion faire lors de l’oral de votre concours ?

Il y a deux sortes de conclusions. Premièrement, la conclusion qui se trouve à la fin de votre présentation personnelle. Une erreur fréquente est une conclusion du style  » Voilà pourquoi je présente le concours de TRUC. » Cette conclusion, c’est un peu le serpent qui se mord la queue, elle n’apporte aucune valeur ajoutée. Une bonne conclusion va mettre l’accent sur un ou deux de vos points forts, qui vont venir soutenir votre objectif professionnel.

Deuxième conclusion : à la fin de l’oral, le jury peut vous demander de conclure. Là, l’erreur, c’est de ne rien dire ou de ressortir la même conclusion qu’à la fin de votre exposé personnel. Cette conclusion finale doit si possible refléter un élément majeur dans l’échange avec le jury.

Question 8 : les qualités attendues des candidats sont elles différentes, quand ils présentent des concours de catégories A, B, ou C ?

Quelle que soit la catégorie du concours, le jury apprécie des présentations synthétiques. Maintenant, plus la catégorie est élevée, plus le jury est exigeant en matière de connaissances et de hauteur de vue.

Question 9 : comment mettre de l’énergie dans l’échange avec le jury ?

Que fait le candidat lambda ? Il écrit sa présentation personnelle. A l’oral, le style est bien trop écrit, avec des phrases interminables. Bilan : à cause d’un style trop plat, le candidat va perdre un ou deux points en route, d’autant plus quand son style d’élocution monocorde passe pour un manque d’enthousiasme.

Question 10 : quelle est l’erreur qui ne pardonne pas ?

L’erreur qui ne pardonne pas, c’est de baratiner. Quand vous ne savez pas, dîtes le, ne cherchez pas à enjoliver. Par exemple, on vous demande  » Qu’est ce qu’une tontine ?  » Si vous ne connaissez pas la réponse, dîtes simplement  » Je ne sais pas. » Si vous pensez avoir une idée, dîtes  » Je ne suis pas certains, mais je pense que cela concerne une façon de financer un investissement.  » Paradoxalement, reconnaître vos limites vous donne de la crédibilité.

Conclusion :

Idée à retenir : réussir votre concours, c’est certes séduire lors d’un face à face avec le jury. Mais c’est surtout une lutte avec les autres candidats. En effet, quand je jury vous écoute – et plus encore au moment d’établir les notes –  le jury vous compare aux autres candidats. Une question clé à se poser est donc : comment me démarquer ? Cela impose une prise de risque, en particulier dans le modèle de présentation que vous allez choisir. Cela impose également un solide travail de mise en forme de votre expérience, pour pouvoir rapidement illustrer vos propos. En effet, un jury aime toujours les réponses courtes et bien structurées.


Je veux faire un carton à l’oral.  Je clique ICI.


 

Avez-vous téléchargé le PDF gratuit   » Je vais bientôt passer l’oral d’un concours  » ? Découvrez dans ce PDF les 3 erreurs à éviter quand on vous dit  » Présentez-vous !  » ainsi que les réponses qui énervent le jury. Cliquez ici pour télécharger le PDF et découvrir sa vidéo bonus.

 


Sélection d’articles sur le sujet  » Préparation oral de concours administratif  » : réussir sa présentation, les outils pour se préparer, savoir se démarquer.