entretien embauche compétences

Présentez-vous ! Comment le faire autour de compétences ?

entretien embauche compétences

Dans ce post, découvrez comment vous présenter au travers de vos compétences, en étant le plus concret possible. En effet, vous êtes conscient que répondre à la question « Présentez-vous ! » en racontant votre CV par le menu n’est pas la bonne solution. Vous risquez d’endormir le recruteur, car vous n’avez pas de message assez fort.

Dès lors, vous avez décidé de vous présenter autour de vos compétences clés, d’une façon thématique. Maintenant, de là à construire une introduction équilibrée, il y a un grand pas. Quelles sont les questions à vous poser pour réussir votre présentation thématique  ?

Dans la phase de conception de votre introduction :

  • Quelles compétences mettre en avant ? Soit on a peu d’expérience, et il faut se presser le citron pour sortir quelque chose de valable. Soit on a une vaste expérience, et on ne sait pas quoi souligner… ou bien on a peur de trancher et de se limiter. Donc, comment typer votre présentation ?
  • Autre piège, les introductions bancales : par exemple, deux premiers piliers solides, et le troisième futile, qui casse tout, voire prête à sourire. Un truc dans le genre « Troisième compétence clé… j’ai un bon relationnel ! » La tarte à la crème…
  • Autre écueil souvent rencontré : une introduction qui énonce une litanie  de compétences, sans vraie cohérence. En résumé, l’intro ressemble à une liste de courses. Ce syndrome est ce que j’appelle « La Listonnite. »
  • Autre question importante : oui, je vais me présenter au travers de mes compétences clés, mais où placer un résumé très rapide de mon parcours, pour que le recruteur puisse me situer ? Si j’ignore ce passage, alors mes compétences donnent l’impression de flotter dans le vide, et le recruteur croit que je veux l’embrouiller.

Au moment de dire votre introduction :

  • Je le vois chaque jour en coaching, les gens ont l’habitude de se présenter d’une certaine façon, leur cerveau est habitué à une routine. Conséquence, même s’ils ont rédigé un plan détaillé d’une introduction centrée sur leurs compétences, ils ont du mal, ils patinent. Résultat :  souvent ils vont trop vite dans le but de masquer leur manque d’aisance. Le recruteur reçoit une sorte de bouillie sonore gonflée de stress. Pas idéal.
  • Prolongement du point suivant : il est essentiel de beaucoup pratiquer, pour atteindre la fluidité. C’est comme quand on découvre une nouvelle danse. Au début, on se trouve empoté, et on a tendance à masquer les imperfections sous la vitesse. Après un temps, on est plus à l’aise et on se relaxe. On gagne en confiance.
  • Il y a un point capital, souvent négligé. Au delà du contenu, la façon dont vous allez dire votre introduction est essentielle. Chaque cellule de votre corps doit exprimer votre confiance en vous. Tout doit être aligné : le contenu, la voix, le langage corporel. C’est un ensemble.

Attention : une bonne introduction amène des difficultés nouvelles…

  • Boum ! Vous commencez l’entretien avec une introduction percutante. Résultat, d’entrée de jeu, vous placez la barre haut, vous créez une attente forte chez le recruteur. Maintenant, c’est à vous d’assurer !  C’est un peu comme un film qui commence par une scène d’action époustouflante. Le metteur en scène doit maintenir le tempo, s’il ne veut pas que James Bond passe pour un dégonflé. La qualité appelle la qualité, sinon, le soufflé retombe.
  • Avec une bonne introduction, vous arrivez en entretien bien préparé. Là, vous découvrez une chose : quand on arrive gonflé à bloc, il est pénible de réaliser que le recruteur n’aborde pas l’entretien avec le même sérieux. Dans ce type de situation, vous devrez beaucoup « prendre sur vous » pour masquer votre déception. Aussi, vous devrez dépenser beaucoup d’énergie pour aider le recruteur à venir sur les terrains qui vous intéressent, mais sans avoir l’air de diriger l’entretien… Comme dit Catherine Deneuve « Il faut être meilleur que les questions. »
  • Conséquence du point précédent : bien préparé, vous êtes moins stressé, moins focalisé sur vos peurs, et donc beaucoup plus disponible pour écouter le recruteur et récolter les détails qui vont faire la différence. Or, écouter est un art difficile. Il s’agit de se mettre entre parenthèses, de poser les bonnes questions, de bien entendre ce que dit le recruteur et dans quel contexte il le dit. Vous devrez vous plier à cette discipline de l’écoute.

En conclusion

Une fois votre présentation thématique maîtrisée, vous pourrez vous en servir dans de multiples contextes (sur des salons professionnels, lors de réunions d’anciens, lors de rencontres de hasard, etc). Savoir vous présenter deviendra un outil central de votre progression de carrière.


Le Coaching Emploi est-il pour vous ? Cliquez ICI pour le savoir !


Comment booster immédiatement votre recherche d’emploi ?

Téléchargez le PDF gratuit qui correspond exactement à votre situation de recherche d’emploi. Cliquez ici pour le choisir.